Après avoir réussi mon 1er levain, Stan j'ai donc fait tout naturellement mon 1er pain au levain.

Je souhaite remercie Stan pour cette recette à quatre mains qui a été un réel succès. Je n'en reviens toujours pas et lui non plus d'ailleurs ;-) Il vient de prendre des vacances au frais car ça l'a épuisé...

J'ai trouvé une super recette chez Chef nini.

Il faudra prévoir une journée entière pour faire ce pain mais franchement ça en vaut vraiment la peine. Évidement j'ai commencé la recette un peu tard dans la matinée (étourdie un jour étourdie toujours) et j'ai donc finit de cuire mon pain vers 22h avec dégustation et photos dans la foulée (étourdie et impatiente aussi). C'est pour cela qu'elles sont sombres !!! 

En image : 

 

 

20180413_18092520180413_18113920180413_181207
20180413_18095720180413_18102720180413_18111020180413_181240

Pour 1 pain :

540g de farine T65 (T110 bio chez moi)
30 cl d’eau
150g de levain
2cc de sel

==>> Stan a encore fait un caprice et n'a donc pas voulu faire de photos au fur et à mesure de la recette grrr. Sale gosse !!!

Je vous conseille donc de laisser ouvert le lien de chez Chef Nini afin d'aller voir les différentes étapes en photos qui sont très bien réalisées.

 

1- Versez dans le bol de votre robot la farine et l’eau où comme moi dans ma machine à pain.

2- Muni du crochet, enclenchez le vitesse 1 et pétrissez 3 minutes. Une boule doit se former. J'ai mis sur "pâte à pizza" le temps nécessaire. Au fil du temps on apprend à reconnaitre la consistance d'une pâte...

3- Couvrez votre bol et laissez reposer la pâte pendant 30 min. Cette étape s’appelle l’autolyse. Elle permet une modification biologique de la farine qui va donner pour la suite une pâte plus élastique, plus facile à travailler. Cela joue également sur l’aspect final de la croûte. => J'ai fait un 2ème pain en oubliant cette étape (quelle étourdie j'vous dis) et mon pain n'état pas aussi beau que le 1er.

4- Passés les 30 minutes, ajoutez le levain et le sel dans le bol et commencez le pétrissage. Au début, vitesse 1, puis vitesse 2. C’est à ce moment-là que vous allez déterminer la qualité de la pâte. Vous remarquez qu’elle gagne en élasticité. Elle devient plus ferme et plus lisse. Faire tourner votre MAP jusqu'à ce que la pâte forme un boule qui ne colle plus à la paroi de la cuve.

Testez votre pâte : formez-la en boule. Elle doit se détendre un peu mais garder tout de même sa forme. Si elle est trop souple, ajoutez de la farine. Au contraire, si votre pâte est trop ferme, ajoutez un peu d’eau. Normalement, avec les proportions données et l’utilisation de la farine T65, vous ne devriez pas avoir à faire de correction.

5- Préparez un grand saladier que vous huilerez avec un papier absorbant.

6- Déposez-y la pâte, recouvrez d’un torchon et laissez-la pendant 1h30 à température ambiante.

7- Passé ce délai, farinez un plan de travail. Utilisez une maryse en silicone pour récupérer la pâte et la déposer sur le plan de travail sans avoir à l’abîmer. Vous allez passer à l’étape du pliage.  C’est une étape qui donne plus de corps à la pâte. Formez un carré et pliez la pâte comme sur la série d’images ci-dessous.  De haut en bas, de gauche à droite, de bas en haut puis de droite à gauche. L’ordre n’a pas d’importance. 

8- Retournez la pâte, pliure en-dessous, façonnez rapidement en boule et déposez-la de nouveau dans le saladier.

9- Couvrez d’un torchon et laissez de nouveau 1h30 avant de procéder une nouvelle fois à l’étape du pliage.

10- Remettez la pâte dans le saladier, recouvrez du torchon et laissez pousser la pâte 2h30 – 3h à température, si possible près d’une source de chaleur. Elle doit doubler de volume.

11- Remettez la pâte sur le plan de travail, toujours avec une maryse en silicone pour éviter de l’abîmer ou de la déchirer. La pâte gagne un peu plus en tenue.

12- Formez grossièrement votre pâte, que l’on appelle maintenant pâton, en une boule, recouvrez-la d’un torchon et laissez-la se détendre pendant 15 min. Cette étape s’appelle la mise en couche.

13- Pendant ce temps, préparez une passoire, recouverte d’un torchon généreusement fariné. Elle fera office de banneton. C’est un panier en osier, recouvert d’une toile de lin que l’on farine et dans lequel les boulangers font pousser le pain. L’osier laisse circuler l’air et permet à la pâte de dessécher pour lui conférer une bonne tenue au moment de la renverser sur la plaque de cuisson. La toile de lin, quant à elle, absorbe l’humidité de la pâte.

14- Vous allez maintenant procéder à l’étape du façonnage de la pâte en boule. Pour cela, placez vos mains de chaque côté de la pâte. Étirez légèrement la pâte par le dessous comme sur ces deux images qui suivent. Tournez la pâte en réalisant ce mouvement pour obtenir une boule uniforme.

15- Retournez la pâte, pliure au-dessus et déposez dans la passoire. Pincez les pliures entre vos doigts pour les souder.

16- Laissez pousser la pâte une seconde fois pendant 3 heures. Cette étape correspond à l’apprêt. La pâte doit presque doubler de volume. Vous pouvez la tester, voir si elle est prête en enfonçant la première phalange d’un doigt. Si le trou reste marqué, la pâte est prête, sinon, attendez encore.

17- Placez la lèche-frite de votre four tout en bas du four. Remplissez-la d’eau.

18- Faites préchauffer votre four à 230°C.

19- Pendant ce temps, vous allez reprendre le pâton en soulevant le torchon de la passoire. Retournez délicatement le pâton en le prenant dans votre main gauche et déposez-le sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

20- A l’aide d’un cutter ou d’une lame de boulanger, réalisez des entailles. C’est ce qu’on appelle le grignage.

21- Enfournez la plaque à mi-hauteur, dans le four rempli de vapeur. Commencez la cuisson 10 min à 230°C, puis 30 min à 210°C.

22- Le pain est cuit quand la croûte est plutôt foncée, et si vous tapez le dessous du pain, il doit sonner creux.

23- Faites-le refroidir sur une grille.

20180412_12293020180412_123110
20180412_18390720180412_21042820180412_210612
20180412_21061220180412_210942
20180412_212624